06/01/2016

Mieux vaut un petit rêve réalisé...

Depuis plusieurs années, mon grand rêve était de partir un jour sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. J’ai toujours voulu partir seule.


 

J’avais déjà consulté plusieurs livres et compris qu’il me faudrait environ trois mois pour relier mon domicile à Santiago. Il m’était impossible et inenvisageable d’effectuer ce Chemin en plusieurs fois.

Je voulais marcher 1850 kilomètres d’une seule traite. Partir à l’aventure, quitter pour de bon le quotidien, me mesurer à l’environnement, dépasser mes limites physiques. Je voulais appréhender l’inconnu et l’imprévu, me prouver que j’étais capable de réaliser un acte difficile. Je rêvais d’arriver à Santiago, victorieuse et fière d’avoir passé tous les obstacles.

J’imaginais des stratégies pour trouver ces trois mois de congés. Malheureusement, cela se révélait bien impossible et j’avais déjà repoussé ce projet à l’âge de la retraite.

 Et puis, j’ai lu cette phrase :

 « Mieux vaut un petit rêve réalisé qu’un grand rêve jamais atteint »

 Il m’a fallu encore quelques mois pour lâcher prise sur ce grand rêve, sur la limite que je m’étais moi-même fixée, inconsciemment peut-être, bien tranquille de ne pas me donner les moyens de me lancer. En 2012, j’ai commencé à chercher plus d’information sur le parcours, la composition du sac à dos, à lire des récits et des témoignages. J’en ai parlé à ma famille comme étant cette fois-ci un projet revisité et réalisable, acceptant à contrecœur de découper le parcours et de diminuer le temps de marche en fonction de mes possibilités, par périodes de huit à dix jours.

 J’avais prévu le départ au printemps 2013 mais un imprévu m'a demandé de rester tranquille quelques mois. Hasard ou pas, cette année-là le printemps a été tellement mauvais que je n’ai pas regretté. Mon oncle Jacques est décédé brutalement en juin et là, il m’est apparu évident de programmer mon départ pour septembre.

 via gebennisis.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : http://www.fernwege.de/ 

 

 

 

 

 

 

14:38 Publié dans Compostelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.