09/02/2016

Jour 5 - Yenne - 16 km

Lundi 9 septembre 2013

Je pars le matin dans la bruine, tout est mouillé par l’orage de la veille. J’entends le bruit de l’eau qui s’égoutte de feuille en feuille. C’est une atmosphère étrange. Le brouillard se lève petit à petit et se dessinent dans le ciel d’étranges nuages.


9 sept (4).JPGJe trouve des pommes, poires, et bien sûr des mûres car les ronces ne sont pas encore taillées. Quel merveilleux petit déjeuner offert gratuitement. C’est une bonne période pour marcher car Dame Nature donne tout en cette fin d’été.

 

Au loin, j’entends des voix qui me sortent de mon silence. Je devine deux jeunes filles marchant légèrement, qui ont l’air de bien parler et de rire joyeusement. Enfin j’arrive à leur hauteur. L’une est Suisse-Allemande, l’autre est Allemande. Nous parlons tout en marchant, allemand entre elles, français avec la Suisse et anglais entre nous trois. Tout se croise, c’est drôle, il n’y a pas de barrières. Nous cheminons ensemble, au milieu des vignes.

 

 

9 sept St Romain.JPGDe Chanaz au sommet de la butte Saint-Romain, l'itinéraire quitte les berges du Rhône.

Je monte dans la forêt et les pâturages, puis traverse le vignoble. La montée à Jongieux le Haut est sévère.

Nous partageons notre pique-nique au pied de la Chapelle Saint-Romain et depuis cette colline nous apercevons Yenne. Sur le guide, je repère une yourte dans le camping. C’est libre et nous nous la partageons toutes les trois. C’est une petite étape, mais je suis fatiguée et je sens que c’est bien de m’arrêter là avec ces deux pèlerines, de profiter de ce lieu agréable au bord du Rhône.

 

 

9 sept yourte Yenne.JPGNous sympathisons avec le propriétaire du camping. Il nous fait goûter son vin. Nous partageons notre repas avec lui. La fraîcheur tombe rapidement et nous nous retrouvons toutes les trois dans la yourte autour d’un café et d’une tablette de chocolat. Nous partageons sans compter. Chacune sort ses petits trésors de son sac. Heureuse comme trois gamines à se raconter nos histoires de vie.9 sept yourte Yenne (2).JPG

 

 

 

 

 

 

Inutile d’échanger nos numéros de téléphone. Nous savons que cette rencontre éphémère est à vivre au moment présent. Je ne me souviens même plus de leurs prénoms, mais quelle importance ?

Sur le Chemin, tout est spontané. Il ne faut pas chercher mais prendre ce qui est là.

13:20 Publié dans Air du temps, Compostelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.