12/04/2016

Partir seule, est-ce bien raisonnable ? 1/2

Partir seule pour une femme, est-ce bien raisonnable par les temps qui courent ?
Peut-être certaines hésitent encore à cause de peurs multiples, toutes aussi justifiées les unes que les autres.Avec tout ce qu’on entend, ce qu’on voit et lisons dans les médias, notre cerveau est en effet imprimé en permanence par ces informations inquiétantes qui forgent dans notre inconscient des peurs ainsi qu’un climat d’insécurité. A cela s’ajoute les peurs ancestrales transmises de génération en génération, de mères en filles et cela bien malgré nous. Tous ces conseils reçus de nos mères et parents à juste titre sans doute, n’ont cependant pas arrangé le sentiment qu’une femme seule peut être plus en danger qu’un homme seul.  

 


Le chemin est comme un long ruban balisé qui offre le gîte, le couvert et la rencontre. Seule à certains moments mais pas tout le temps.Il y a des marcheurs avant moi et après moi, je traverse des villages, je croise des pèlerins en pause, des paysans, des gens dans leur jardin, des cultivateurs, et puis les vieux qui guettent le pèlerin assis sur leur tabouret, sur le pas de la porte toute la journée.

P1010678.JPGLe pèlerin est leur distraction, leur rayon de soleil de la journée. Ils savent exactement combien sont passés avant, d’où ils viennent, ou ils vont. Il y a aussi des coins pauses improvisés par les particuliers au pied de leur maison avec du café, des gâteaux, de l’eau et une pancarte « servez-vous ». Vous ne verrez peut-être personne mais vous saurez qu’un inconnu a eu une intention pour vous. Et les soirs dans les gîtes, le repas pris ensemble, on se croise, on se quitte pour mieux se retrouver plus loin.

 

Alors un bonjour, un signe de la main, un sourire, une petit pause pour papoter et se raconter nos vies, oser sonnez à une porte pour demander de l’eau, c’est du bon sens, du savoir vivre et c’est quand même pas compliqué. On se sent moins seule et ça fait du bien à tout le monde de retrouver un peu d’humanité. 

 

 

 

 

 

Oui être seule, en pleine nature à perte de vue, rien à 360° autour de moi c’est impressionnant, mais tellement divin. Impressionnant d’être là, spectatrice de la nature, immensité oubliée, si belle.
Impressionnant de me sentir vulnérable, mais tellement vivante, tellement chanceuse de me laisser imprégner chaque jour par les quatre éléments, les sentir en pleine face, grandeur nature, huit heures par jour. 

P1020546.JPG

Effectivement cela change du quotidien, oblige à sortir de ma zone de confort, maison, bureau, écrans, voiture, groupes ou l’espace est plus mesuré, sécurisé, les différents acteurs connus, les imprévus limités. En fait c’est ce qui impressionne et qui peut faire peur, du jour au lendemain agrandir mon champ de vision à cet espace illimité, immense, inconnu ou les repères sont différents ou tout est possible, ou il n’y a pas de limites.

 

 

17:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.