06/05/2016

en direct de Espagnac Sainte Eulalie

Je suis installée dans la petite Mairie de Espagnac Ste Eulalie, accueillie par Guy qui s'occupe des réservations du gîte communal dans lequel je viens de réserver une place. Je n'ai pas emmené d'ordinateur et j'avais un peu fait le pari d'en trouver un ici ou là au gré des rencontres. Grand merci à Guy, anglais d'origine qui a pris ses fonctions au gîte il y a peu de temps. La Mairie ferme à 18h car Guy est également responsable de préparé le repas du soir pour les pèlerins.

P1040250.JPG


Je suis partie hier matin à 7h d'Annecy en covoiturage jusqu'à Toulouse. Première belle rencontre avec Marie avec qui nous avons échangé pendant tout le trajet. De nouveau quelqu'un qui souhaite se reconvertir vers un travail de relation humaine. De plus en plus de personnes ne sont pas satisfaites de leur travail alimentaire et cherche à donner du sens à leur vie. Elle suit sont intuition, son envie de faire quelque chose qui lui parle et d'être utile aux autres. Elle choisit comme je l'ai fait également, de suivre des formations le week-end à ses frais et dans ce cadre là il n'y a pas de fatigue, le temps passe trop vite et elle se sent nourrit. Nous parlons beaucoup du chemin car elle aussi se sent appelée à partir un jour ou l'autre. Elle sent que l'échéance se rapproche et que c'est pour bientôt. Elle me laisse au pourtour de Toulouse et nous nous reverrons peut être à Annecy.

Puis le train pour Figeac ou je suis arrivée l'année passée au terme de mes 12 jours de marche. Je retrouve cette jolie petite ville de 10000 habitants sur les bords du Célé ainsi que le gîte de Céli. Beaucoup de pèlerins la veille mercredi 4 mai mais ce soir peu de monde. Cela m'indique ce que je vais trouver devant moi. Etrange de me retrouver dans ce lieu connu, de repartir sur ce chemin à travers la nature. Et puis les premiers pas ce matin en direction de Béduer.

Je vais suivre la vallée du Célée sur les conseils de Patrick de l'association d'Annemasse. J'aperçois au loin des sacs à dos qui dansent sur la route. Je double un petit groupe de retraités et je m'amuse à écouter leur conversation : "tu te rends compte mon voisin, il ne me dit jamais bonjour quand je suis là, il ferme ses volets et m'ignore, je ne comprends pas pourquoi ....." et c'est comme cela j'imagine pendant des kilomètres ce qui bien évidemment me fait fuir. Plus loin à Faycelles, le Cyclo Club de Grenoble fait une pause près de l'église. Hommes et femmes, tous en costumes cyclistes jaune et vert fluo. Il y en a partout faisant un bruit d'enfer avec leurs chaussures à crampons qui résonnent sur les pavés de la rue.L'église est envahit.

Le café remplit de randonneurs. J'avise à côté de la halle la salle des Fêtes qui est ouverte. Personne ! un bar, des boissons, je pose mon sac et une charmante dame apparaît de la cuisine. Elle a fêtée les 40 ans de sa fille la veille au soir et elle est de service, seule, pour nettoyer, pendant que les jeunes dorment encore. Nous discutons, elle me raconte tout en emballant dans du papier alu deux morceaux de quiche qui restent et me les donne pour mon repas du midi. Voilà ce que j'aime sur ce chemin. Oser frapper à d'autres portes, aller vers les habitants des lieux que je traverse. 

C'était mon premier exercice d'écriture en 30 minutes ! Guy doit fermer la Mairie et partir préparer le repas.

merci infiniment.

C'était Patricia en direct du Chemin de Compostelle

P1040252.JPG

 

 

 

 

 

17:59 Publié dans Compostelle | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Et maintenant le live!
Cool. Bon chemin, quel qu'il soit.

Écrit par : hommelibre | 06/05/2016

Les commentaires sont fermés.