08/05/2016

en direct de Saint Cirq Lapopie

Dimanche 8 Mai, 

Installée au Camping de la Plage sur les bords du Lot, en contrebas de St Cirq Lapopie l'un des plus beaux villages de France. 
Mickaël l'un des gérants, a gentiment accepté de me prêter son ordinateur. Nous partageons son expérience.

Ils sont deux couples Cathy et Mickaël, Magalie et Sébastien, à avoir repris le Camping depuis trois semaines seulement. C'est une aventure pour eux et leur famille d'avoir quitté leur entreprise, leur statut de salarié, leur région natale d'Angers afin de réaliser leur rêve.  Pour leur première saison, les cinq mois à venir sont déterminants afin d'asseoir la renommée de leur Camping. Ce week-end du 8 Mai a été le premier coup de feu de la saison leur permettant d'ajuster l'organisation et de se préparer aux mois d'été très touristiques. Grand terrain pour tentes, caravanes, pizzeria, bar et accueil chaleureux. J'ai pour ma part trouvé une tente aménagée à prix très correct pour un randonneur afin de passer la nuit et de visiter le village demain matin. Je leur souhaite bon courage à tous et merci beaucoup à Mikaël pour sa confiance.


Samedi 7 Mai : Sauliac en fête

Très belle journée hier à la découverte des Causses du Quercy et de la vallée du Célé. Partie de bon matin d'Espagnac Ste Eulalie sous un soleil déjà haut, j'ai parcouru environ 26 km. Mais ici les kilomètres se font en montant une causse, puis marche sur le plateau désert, sec, aride, végétation de buis, chênes, murets de pierres, puis en descendant dans la Vallée du Célé par des sentiers pierreux nécessitant d'avoir les yeux sans arrêt collés au sol. Et puis on recommence et cela environ huit fois dans la journée ! Les mollets et cuisses accusent doucement le coup et j'avoue que c'est un peu difficile pour ces premiers jours.

Arrivée à Marcilhac sur Célé vers 14h, je décide de continuer vers Sauliac sur Célé une dizaine de kilomètres plus loin. Je vois cependant qu'il n'y a pas d'hébergement dans le village mais un gîte un peu plus loin. Je verrai bien. Le vent se lève et je galope sur les causses. Arrivée à Sauliac, je n'ai plus de batterie de téléphone pour appeler le gîte. Je me pose à la Mairie et comprend qu'une fête de village se prépare pour le soir même. Je vais à la rencontre des organisatrices, Isabelle, Nanie faisant partie du Comité des Fêtes. Elle me prête volontier un téléphone et le gîte me répond qu'il est complet. Me voilà bien. Mais spontanément Nanie me propose de rester à la Fête et qu'elle me trouvera un lit chez l'un d'entre eux. Et pourquoi pas ! il ne m'en faut pas plus pour être séduite par l'idée et je me laisse faire, faisant confiance.

Il y a de l'effervescence dans l'air, chacun oeuvre de son côté, le bar se monte, la musique. C'est un marché de producteurs, les gens viennent et achètent leur repas aux producteurs tandis que le Comité des Fêtes s'occupent de la buvette et a réservé un orchestre venu de Toulouse. Tout le monde est gagnant. Un long ruban de tables et bancs permet d'accueillir les convives. Les jeunes sont investis dans leur village. Ils ont pour la plupart choisi de rester vivre ici car ils aiment leur terre. Les producteurs arrivent petit à petit. Un vieux tube Citroën gris ouvre le auvant pour laisser place à une boulangerie qui fournira pain, gâteaux et café gourmant. Deux producteurs de fromages de chèvre Rocamadour et Cabécou,un producteur d'escargots. Un camion d'assiette gourmande avec agneau du Quercy et gratin de pomme de terre, un marchand de vin et pour finir des fraises en salade. L'orchestre répète. C'est un régal. un chanteur guitare et piano accompagné de trois chanteuses pour les voix, une batterie et une basse. Reggae, blues, jazz, un peu de Beatles, Ray Charles et surtout un grand plaisir de jouer. 

Je rencontre des gens de passage comme moi. Un couple en camping car, un autre venant de Figeac, jeune retraité ayant quitté Paris pour enfin la vrai vie ! ils ont ouvert un gîte. Et puis j'avise une jeune fille qui arrive avec un sac à dos. Elle fait le trajet Villeneuve sur lot/Briançon en trois mois. Les gens arrivent petit à petit. C'est simple, convivial, chacun est heureux de se retrouver, pas besoin de s'enivrer démesurément pour être bien. Le bar est pris d'assaut. Les enfants courent partout sans restriction. L'énergie est à son maximum. Je choisis une assiette d'agneau du Quercy ainsi que mes voisins et nous discutons autour d'un verre de rosée. Après le repas l'orchestre reprend de plus belle. Beaucoup sont debout. On commence à se trémousser, les pieds bougent, puis les hanches suivent la musique, les mains battent le rythme, on chante et les visages sont heureux. On se sourit comme si on se connaissait tous. C'est simple et bon.

La nuit tombe, les guirlandes lumineuses s'allument, le vin coule et c'est une belle ambiance. La saison des marchés de producteurs démarre et c'est chaque village qui a tour de rôle fera vibrer les murs de ses vieilles maisons durant tout l'été. On fait la fête dans le Lot et on aime cela. Je cherche soudain la dame qui m'a proposée de me loger et je ne la trouve plus. J'avoue que je suis un peu inquiète. Elle est partit se coucher ! en m'oubliant sans doute ! Alors, avec audace je lance moi même des demandes à droite à gauche. Puis une dame avec qui j'avais parlé à l'apéro me confirme que l'amie chez qui elle est me loge chez elle dans l'ancienne école des filles juste derrière. Merci c'est vraiment sympa. Nanie me dit que de toute façon elle ne m'aurait pas laisser tomber. Oui cela existe encore cet accueil et c'est ce que j'aime sur le chemin encore une fois.

C'était Patricia en direct du chemin de Compostelle.

A plus tard pour un nouveau récit.

 

 

21:41 Publié dans Air du temps, Compostelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.